JSK 1 - Club Africain 0 : Les Canaris aux portes des poules

  • PDF

 

La formation de la JSK, malgré son léger avantage au score après le match nul de l’aller, affichera d’entrée de jeu son intention de sortir vainqueur de cette confrontation, en prenant d’assaut la cage adverse, même s’il faudra attendre la 9’ pour voir la première réelle occasion nette du match, avec un joli tir de Tedjar sur coup franc à l’entrée de 18m, qui oblige le portier clubiste à intervenir d’une Jolie claquette pour sauver sa cage in extremis. Deux minutes plus tard, le même Tedjar s’illustre avec une frappe terrible, ratant de peu la transversale. Les Tunisiens réagiront à la 16’, et c’est le Malien Traoré qui passe de peu à côté de l’ouverture du score, en mettant la balle dehors alors qu’il était seul dans la surface de réparation. Les Canaris, toujours aussi pressants, rateront une nouvelle fois de peu l’ouverture du score, à la 31’, par l’entremise de Maroci. Ce dernier en effet, bien servi par Yahia-Chérif, place un tir mou qui n’inquiète aucunement le portier tunisien. La domination de la JSK se concrétisera par l’ouverture du score à la 37’. Suite à un joli une deux entre Tedjar et Yahia-Chérif, ce dernier, qui s’est retrouvé face à face avec le portier adverse, ne trouve pas de peine à inscrire le premier but de la partie, avant de se voir expulsé, pour un second carton jaune. Réduite à dix, la JSK va gérer son avance au score jusqu'à la fin de du premier half. Au retour des vestiaires, et malgré leur infériorité numérique, ce sont les Canaris qui dominent les débats, avec une nette emprise sur le jeu, forçant les Tunisiens à opérer par contres. Une deuxième période pauvre en occasions et qui connaît deux faits majeurs. Le premier, c’est l’expulsion de Traoré suite à son agression à l’encontre d’Oussalah, à l’heure de jeu, avant l’arrêt qu’a connu la partie à la 75’, suite aux jets de Fumigènes des quelques supporters tunisiens qui avaient fait le déplacement. Un arrêt qui obligera l’arbitre libyen à ajouter 14 minutes de temps additionnel, mais qui le changeront rien à la partie, qui voit donc la JSK se qualifier au dernier tour éliminatoire avant la phase des poules.

 

Stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou, affluence moyenne, temps printanier, arbitrage du trio Libyen El Raay, El Aribi et Triki.

 

Averts : Yhia-Chérif (30 et 37’), Belkalem (45’+ 2), Azuka (90’+9)

Benyahia 61’

 

Expul. : Yahia-Chérif  (37), Traoré (61’)

 

But : Yahia-Chérif (37’)

 

JSK : Hadjaoui, Meftah, Oussalah, Coulibaly, Belkalem, Maroci, Douicher, Ech-Chergui (Azuka 90’+7), Tedjar (Khoutir-Ziti 65’), Yahia-Chérif, Aoudia.

Entr. : Alain Geiger

 

Club Africain : Nefzi, Mehdi, Bachadj (Mameri 75’), Aouadi (Akrout 54’), Abqa, Bacha, Boudjelbane, Melliti, Benyahia, Messadi, Traoré.

Entr. : Lechantre

 

R. M.

 

Nacer Bouiche présent …

L’ex-baroudeur des Canaris des années 1980 a tenu à assister à la rencontre d’hier qui avait opposé son ancien team au Club Africain, en Ligue des Champions africaine.

 

… Djamel Atrous aussi

Ancien président de la formation du Club Africain, M. Djamel Atrous a accompagné la délégation de la formation tunisienne, pour soutenir son team face aux Canaris de la JSK.

 

Les Tunisiens réclament l’expulsion de Yahia-Chérif

Juste après le but de Yahia-Chérif, qui a enlevé son maillot après l’ouverture du score, les Tunisiens se sont rués vers l’arbitre pour réclamer le second carton jaune pour l’attaquant, synonyme d’expulsion.

 

Match arrêté à la 75’

La rencontre JSK - Club Africain a connu une interruption qui a duré plus d’un quart d’heure. Alors qu’on jouait la 75’, les fans tunisiens, voyant que leur équipe allait être éliminée, n’ont pas trouvé mieux que de jeter des dizaines de fumigènes sur le terrain, rendant la visibilité quasi nulle, ce qui obligera l’arbitre libyen a arrêter la partie, pour comptabiliser par la suite 14 minutes de temps additionnel.

 

Tedjar atteint à la cheville

Blessé à la cheville, le milieu de terrai Saâd Tedjar réclamera un changement, chose qui se fera quelques instants plus tard, avec l’entrée du jeune Khoutir-Ziti.