Mondial 2010

  • PDF

L’Afrique peut-elle rêver en 2010 ???

 

Le rêve africain depuis des années, voire des décennies était l’organisation de la Coupe du monde dans le continent du Soleil.

Le premier pays africain à avoir postulé pour l’organisation de la Coupe du monde de 1994, c’est le Maroc. Certes, le continent est riche de ressources naturelles : pétrole, gaz naturel, phosphate, or, diamant, grandes et vastes forêts qui contribuent à l’écosystème du continent et de la planète, avec une immense production de bois, sans oublier le café de la Côte d’Ivoire connu par Nescafé.

Non seulement ce continent est riche de ressources naturelles mais aussi de ressources humaines d’où émergent des talents dans plusieurs sports : l’athlétisme avec le Kenya, l’Ethiopie et le Maroc, le rugby avec l’Afrique du Sud, mais surtout le football, depuis la légende marocaine Larbi Ben M’barek, le premier joueur africain à avoir évolué dans un grand club de haut niveau international, en l’occurrence l’Atletico de Madrid, de 1948 à 1953, avec deux titres de champion d’Espagne en 1950 et 1951.

La caravane africaine de son époque n’était que le début, puisqu’en 1995, le joueur libérien Mister George Weah, évoluant en 1995 au club français Paris Saint-Germain et transféré la même année au Milan AC, fut choisi par France Football comme vainqueur du Ballon d’or de 1995 et fut le premier joueur non européen à avoir gagné le Ballon d’or. La même année, il fut nommé meilleur joueur FIFA.

L’évolution du football africain s’est manifestée non seulement par de grands joueurs, comme Mister George Weah ou Abedi Pelé, juste avant, en tant que premier joueur africain choisi comme meilleur joueur du continent trois années d’affilée, de 1991 à 1993, à l’époque où il évoluait à l’Olympique de Marseille.

C’est le cas également des équipes africaines qui ont donné de bons signes pour le futur du football africain, la prestation du Nigeria en 1994 et, avant, de l’Algérie en 1982, même si elle est sortie au premier tour du Mondial organisé en Espagne, la prestation du Maroc au Mexique en 1986 en tant que première nation africaine qui passe aux 8es de finale de la Coupe du monde.

 

 

 

Les Eléphants : super favoris ?

Et actuellement, avec de grandes nations de football africain et même à l’international. C’est le cas de la Côte d’Ivoire, menée par son capitaine Didier Drogba, l’attaquant des Blues de Chelsea, avec un ensemble de joueurs de taille coachés par un bon connaisseur du football africain, en l’occurrence le Bosniaque Vahid Halilhodžić, qui demeure le premier favori de la CAN 2010. Le Mali, également, avec une équipe de haut niveau menée par son capitaine Fréderic Kanouté, est également le grand absent de la Coupe du monde 2010, éliminé par une grande nation du football, le Ghana, mené par le milieu défensif des Blues de Chelsea, Micheal Essien, sans oublier les Eagles du Nigeria, une équipe jeune menée par le jeune milieu des Blues de Chelsea, en l’occurrence John Obi Mikel.


Les Lions auront-ils du mordant ?

Il y a lieu de citer également la présence évidente des Lions indomptables du Cameroun, menés par l’attaquant de l’Inter de Milan, Samuel Eto’o, et coachés par le sélectionneur français Paul Le Guen.

En l’absence du Mali en Coupe du monde, l’Afrique aura besoin de s’unir pour que les quatre pays qualifiés passent aux 8es de finale. Il ne faut pas oublier le pays organisateur, l’Afrique du Sud, et le seul représentant du Maghreb mené par Rabah Saâdane qui a déjà coaché l’Algérie en Coupe du monde de 1986.


 

La CAN : un véritable test pour les Ivoiriens

Actuellement, et d’après la performance de chaque nation, il ressort que le grand favori de l’Afrique pour jouer une demi-finale, une finale, voire réaliser le premier sacre africain en Coupe du monde, c’est sans doute les Eléphants de la Côte d’Ivoire.

La CAN 2010 serait le premier test pour voir de près le vrai potentiel des Eléphants, avec des joueurs comme Didier Drogba et Salomon Kalou, attaquants des Blues de Chelsea, les milieux de terrain Yaya Gnégnéri Touré du FC Barcelone et Didier Zokora, du FC Séville, et les défenseurs Kolo Abib Touré de Manchester City et Emmanuel Eboué d’Arsenal.

Ces joueurs sont certainement l’ossature des Eléphants. Elle possède aussi de bons remplaçants, ce qui est le cas des grandes équipes au niveau mondial, sans oublier l’impact du coach bosniaque qui apporte son savoir-faire riche, un impact concret puisque la Côte d’Ivoire, selon le dernier classement de la FIFA du mois de novembre dernier, occupe la 16ème place au niveau mondial. Le souhait est légitime, il faut attendre et voir la réalité de près en Afrique du Sud en 2010.