Il porte sur la retransmission de 10 matches de la CAN

  • PDF

Il porte sur la retransmission de 10 matches de la CAN

 

 

L’accord ENTV-Djazira s’élève à 10 millions de dollars 

Après d’âpres discussions avec la chaine qatarie El Djazira sport, qui a elle-même racheté les droits auprès de la «défunte» ART Sport, l’ENTV vient de s’offrir les droits de retransmission des matches de la Coupe d’Afrique des nations, prévue du 10 au 31 janvier en Angola. Selon une source digne de foi, l’accord conclu la semaine dernière porte en fait sur la retransmission  de 10 matches de la CAN. Les trois matches bien sûr de l’Equipe Nationale lors du premier tour contre le Malawi, le Mali et l’Angola, plus la rencontre d’ouverture Angola – Mali. A ceux-là viendront s’ajouter trois matches au choix pour les autres groupes. Selon notre source, l’ENTV a opté pour le groupe 2 avec la Côte-d’Ivoire, le Ghana, le Burkina Faso et le Togo pour la simple raison que dans le cas d’une qualification au second tour, l’Algérie rencontrera l’un des deux qualifiés de ce groupe. En tout donc, l’unique  diffusera en direct 7 rencontres du premier tour. Il faut préciser à ce titre que la diffusion ne concernera que la chaîne   terrestre, et ce pour des raisons évidentes, à savoir ne pas gêner la concurrence. L’ENTV a réussi également à arracher la retransmission d’un match pour chaque tour suivant jusqu'à la finale. 10 matches en tout. Le montant global de l’accord a été signé entre les deux parties pour 10 millions de dollars. Lors de la dernière participation de l’EN à la CAN en 2004 en Tunisie, les Algériens avaient failli être privés des matches de l’EN avant que l’unique ne parvienne in extremis à un arrangement avec la chaîne ART Sport. En effet, le Algériens avaient été obligés de suivre les matches avec un commentaire en français avec la voix d’un certain Hafidj Derradji aujourd’hui passé du côté d’El Djazeera. Le premier responsable de l’ENTV de l’époque, Hamraoui Habib Chawki, s’en est pris aux dirigeants de la FIFA, et a dénoncé les exigences excessives de cheikh Salah El Kamel, propriétaire d’ART et détenteur des droits. Cela avait  mis à nu  en Algérie l'incapacité des services publics de la télévision à rivaliser avec leurs concurrents privés de l'industrie de la télévision.                                                                      

M. L.