Zambie - Egypte aujourd’hui à Chililabombwe

  • PDF

Les Pharaons face à leur destin

C’est aujourd’hui à 14 heures (13 H, heure algérienne), au stade de Konkola stadium de Chililabombwe, que la sélection égyptienne de football affrontera son homologue de la Zambie dans le cadre de l’avant dernière journée de l’ultime tour qualificatif de la CAN et du mondial 2010 de football. Les deux pays s’affrontent pour des objectifs différents : les

Pharaons, qualifiés déjà à la CAN, luttent pour la qualification à la phase finale de la CAN, tandis que les Chipolopolo s’agrippent au dernier billet toujours en jeu pour la CAN. La confrontation est, du coup, décisive pour les deux adversaires où aucun d’eux n’a droit à l’erreur. Surtout pour les Pharaons égyptiens. Ces derniers sont condamnés à gagner s’ils veulent préserver leurs chances de qualification à la phase finale du mondial sud africain. L’entraîneur Hassan Shehata ses joueurs sont conscients de la difficulté de la mission, mais surtout du caractère décisif d’une telle empoignade. « C’est un match décisif pour l’Egypte. Les joueurs en sont conscients. Cette génération ne doit pas louper cette irremplaçable chance de se qualifier au mondial. Si les joueurs actuels n’y arrivent pas, ils ne joueront jamais un mondial. La balle est dans leur camp. Ils ont toujours su se montrer vaillants dans les moments cruciaux. L’incroyable victoire remportée, lors du première tour, en RD Congo et en plein ramadhan puis en faire de même, en septembre, à Kigali et encore durant le ramadhan sont des indicateurs qui ne trompent pas de la capacité de nos joueurs de gagner face à la Zambie » déclarait Hassan Shehata pour qui le résultat de la joute d’aujourd’hui sera déterminante pour son avenir.  

 

Aboutrika dément la FIFA

L’attaquant Mohamed Aboutrika a laissé perplexe son entraîneur après ses déclarations à FIFA.com où il affirmait qu’une victoire en Zambie est « presque impossible ». Des propos qui n’ont pas plu à Hassan Shehata lequel apostrophe son joueur pour en savoir plus. Le joueur d’Al Ahly du Caire n’a pas hésité à démentir la FIFA estimant que ses propos ont été déformés. « Je n’ai jamais dit qu’une victoire en Zambie est presque impossible. J’ai déclaré qu’au moment où les gens pensent qu’une victoire en Zambie est presque impossible, nous, les joueurs, sommes capables de réagir et arracher les trois points » dira Aboutrika à son coach.

 

El Hadary, blessé, mais présent

Le gardien des Pharaons a senti des douleurs au niveau de la cuisse lors d’un entraînement effectué mercredi dernier. Le joueur a effectué des analyses et semble apte pour jouer aujourd’hui contre les hommes d’Hervé Renard. 

F.S.

 

Coup dur pour la Zambie

Forfait de Jacob Mulenga

La sélection nationale a subi un coup dur à la veille de la rencontre face aux Egyptiens. Lors de la séance d’entraînement de mercredi dernier, le meilleur joueur Zambie, Jacob Mulenga (FC Utrecht) a contracté une blessure au niveau de l’aine provoquant des douleurs terribles qui l’ont fait souffrir. Selon le médecin des Chipolopolo, « Mulenga est forfait contre l’Egypte. Il devra observer un repos de deux semaines et suivre en même temps son traitement ». L’absence de Mulenga risque de se fait sentir aujourd’hui compte tenu surtout du poids de ce joueur dans l’équipe.

F.S.

 

 

Amr Zaki : «Les Egyptiens retrouveront le vrai Zaki aujourd’hui»

L’Egypte affronte la Zambie aujourd’hui à Lusaka Comment percevez-vous cette rencontre ?

Il est clair que cette rencontre est capitale pour nous et elle sera très difficile. La difficulté réside dans le fait qu’il nous faut absolument la victoire. Ce qui n’est pas le cas pour l’adversaire qui abordera cette rencontre avec sang-froid. Les Zambiens sont hors course pour le Mondial et ils n’ont besoin que d’un seul point pour garantir leur qualification à la CAN. Pour eux, une victoire sera exceptionnelle tandis que la défaite sera chose normale, d’autant plus qu’ils affrontent les champions d’Afrique. C’est pourquoi la pression sera énorme sur nous. Mais la majorité des joueurs de la sélection sont des expérimentés qui savent bien gérer ce genre de rencontre. Je me rappelle d’une situation identique lors du premier tour des qualifications, quand la sélection était menacée de quitter prématurément les qualifications. Nous avions besoin de remporter notre rencontre à l’extérieur contre l’équipe congolaise, laquelle est, à mon avis, meilleure que celle de la Zambie, et nous avions réussi notre mission à Kinshasa...

 

Vous avez été absent de la sélection durant 4 mois. Comment avez-vous vécu cette période ?

J’étais malheureux, surtout que la sélection avait des rendez-vous assez importants, comme la Coupe des confédérations, que j’ai ratée à cause de ma blessure, et le match contre le Rwanda où je n’étais pas convoqué. Mon absence de la Coupe des confédérations m’a beaucoup affecté, surtout avec la performance exceptionnelle de mes coéquipiers. J’aurais aimé être avec eux. Il est difficile pour n’importe quel joueur de rater un tel événement mondial. C’est pour cela que je vais faire le maximum avec la sélection contre la Zambie afin de conserver nos chances pour les qualifications, puis battre l’Algérie pour nous qualifier en Coupe du monde. Participer à la Coupe du monde, c’est mon rêve et je pense que c’est aussi celui de tout le peuple égyptien.

 

Vous avez disputé 5 rencontres avec le Zamalek sans avoir marqué de but. Etes-vous satisfait de votre performance ?

Jusqu’à présent oui. Il faut préciser que ma préparation avec le Zamalek a rencontré de nombreuses difficultés. Au début, j’étais déconcentré par mon transfert en Europe. Puis après ma décision de rester avec le Zamalek, j’ai contracté une blessure, ce qui m’a privé d’une bonne préparation. C’est pour cela que ma performance était assez modeste dans les premiers matches du championnat. Mais je pense que j’ai regagné une grande partie de ma forme depuis la rencontre contre Talae Al- Djeïch et j’ai présenté une performance excellente contre Ismaïli, selon l’avis de tous les observateurs. En ce qui concerne les buts, le foot est un sport collectif et Zamalek souffre de certaines lacunes techniques au niveau de l’organisation offensive. La majorité des buts s’expliquent par des coups francs et non pas par le travail collectif. Alors, je promets une chose : les Egyptiens retrouveront le vrai Zaki contre la Zambie.

In Al Ahram Hebdo.com